Make your own free website on Tripod.com
News
Canadiens' Damphousse a standout when it counts
Damphousse emerges as new leader
Vincent Damphousse vient en aide au Collège Jean-Eudes
Damphousse Lurks, and Rangers Cringe
4-yr Deal
Sharks Finally Net Their Biggest Fish
Flowers, sweets for Damphousse
Vincent Damphousse va parrainer l'athlète de taekwondo Roxane Forget
Sharks a Good Fit for Damphousse
Private High
Le Scandinave Mont-Tremblant
Plenty Of Bite in this Shark
Vincent Damphousse News
Vincent Damphousse n'a pas de sympathie pour ses ex-employeurs

Vincent Damphousse connaît un excellent début de saison avec les Sharks. (photo AP)
 
Par Guy Robillard

MONTREAL (PC) - Vincent Damphousse, qui n'est pas reconnu pour être virulent ou vindicatif, a surpris bien des gens l'été dernier quand il a reproché rétroactivement à Alain Vigneault de ne pas communiquer avec ses vétérans.
 
 Lundi à Toronto, il a rappelé: "Je voulais rester à Montréal, mais ils ont fait leur choix et décidé autrement." Quitte à payer Trevor Linden aussi cher, sinon plus.
 
 "Je n'ai pas de sympathie pour eux", a enchaîné Damphousse, qui continue par ailleurs de communiquer avec ses anciens coéquipiers Martin Rucinsky et Brian Savage et se dit conscient que l'équipe compte plusieurs blessés.
 
 "Ils ont échangé Mark Recchi pour des choix au repêchage et Dainius Zubrus - on parle d'un joueur parmi les 20 premiers marqueurs presque chaque année - puis ils m'ont échangé pour d'autres choix. Ils ont perdu des joueurs et n'en ont pas obtenu beaucoup en retour. Je pense qu'ils vont traverser quelques années difficiles avant d'être de retour au sommet".
 
 Moins d'opportunités
 
 Damphousse avait aussi laissé entendre que le style trop défensif de son ex-entraîneur expliquait pourquoi il avait semblé exploser offensivement à San José. Il est revenu sur le sujet en tenant des propos modérés lorsqu'interrogé sur les ondes de CKAC.
 
 "Je ne crois pas que le système d'Alain différait beaucoup de celui de Mario et Jacques Demers", a confié celui qui a connu des saisons de 97, 91 et 94 points avant l'arrivée de Vigneault.
 
 "Dans mon cas personnel, c'est juste que mes tâches avaient changé. J'avais eu plus d'opportunités de me faire valoir avant, surtout offensivement. Je ne veux pas trop revenir là-dessus mais c'est un peu la raison pour laquelle ma production a baissé.
 
 "En même temps j'ai beaucoup de blâme à prendre. Je n'ai pas joué à la hauteur de mes attentes, mais c'est aussi en bonne partie parce que je n'ai pas eu les opportunités que j'avais", a dit Damphousse, tout en insistant pour rappeler qu'il a connu ses meilleures saisons à l'intérieur du "système" du Canadien.
 
 Damphousse a d'ailleurs dit ne pouvoir expliquer pourquoi presque tous les joueurs qui ont quitté Montréal font mieux ailleurs. Mais plus tard, dans la conversation, il a raconté qu'il avait un bon "temps de glace" à San Jose, qu'il s'entendait bien avec son entraîneur, et que "c'est la même chose pour (Valeri) Bure à Calgary".
 
 Le passé
 
 Vigneault a pour sa part rappelé qu'il est souvent arrivé à des joueurs de connaître de bonnes saisons offensives en affrontant les meilleurs trios adverses, lesquels négligent souvent la défense. Comme à Damphousse lui-même, qui affrontait déjà les meilleurs trios adverses à ses premières saisons avec le Canadien.
 
 Pour le reste, Vigneault a refusé de se laisser entraîner dans une controverse: "Honnêtement", a-t-il répété, "je suis hyper-content que Vincent Damphousse connaisse du succès et je lui souhaite la meilleure chance du monde. Mais il fait partie du passé du Canadien de Montréal."
 
 Damphousse n'a pas caché qu'il s'ennuie de Montréal: "C'est chez-nous et beaucoup de choses me manquent même si j'aime bien mon train de vie à San Jose."
 
 Il a hâte de rejouer devant son public et ne sautera pas sur la glace avec l'idée de se venger. Mais, avoue-t-il, "à chaque fois que tu es échangé, tu veux prouver que l'autre équipe a fait une erreur. Ce n'est pas une revanche, c'est juste une question de fierté."
 
 Estimant par ailleurs qu'une des raisons pour lesquelles Sylvain Côté ne voulait pas venir à Montréal était de ne pas avoir, à 34 ans, à endurer les critiques d'une équipe en reconstruction, Damphousse a constaté: "Ce qui me fait dire que dans mon cas, partir était peut-être la meilleure chose".
 
 Séparé de Friesen
 
 Damphousse, qui n'avait pas de point à ses trois derniers matchs avant d'affronter les Maple Leafs lundi, avait été séparé de Jeff Friesen, remplacé par Alexander Korolyuk lors des deux matchs précédents, avec toujours Owen Nolan à sa droite. Les Sharks n'avaient amassé qu'un point à leurs trois premiers matchs d'une longue série de sept sur la route.
 
 Damphousse, lui, avait 19 points en 21 matchs, seulement cinq de plus qu'à Montréal la saison dernière.
 
 C'est plus tard que ça s'était gâché.

 

News Index

Home